Gucci, fleuron du groupe français Kering, est soupçonné d’évasion fiscale en Italie. Selon un ancien cadre proche du dossier, la marque italienne aurait pendant plusieurs années déclaré en Suisse des activités menées en Italie. Le montant de la fraude avoisinerait 1,3 milliard d'euros.   

Dans le cadre d’une enquête diligentée par le parquet de Milan pour fraude fiscale, la maison de mode Gucci a confirmé lundi que des perquisitions avaient eu lieu la semaine dernière dans ses bureaux italiens. Le quotidien italien "La Stampa", s’appuyant sur les accusations d’un ancien cadre licencié, a dévoilé les premiers éléments de l’enquête. Pendant plusieurs années la marque aurait déclaré en Suisse des activités menées en Italie pour un montant estimé à près de 1,3 milliard d'euros de préjudice auprès du fisc italien.  


Crédits: afp 


« Suite à un article concernant un contrôle conduit par la police fiscale locale dans les bureaux de Gucci à Milan et à Florence, Gucci confirme coopérer activement avec les autorités, et est confiant dans la régularité et la transparence de ses opérations », a fait savoir la maison de mode dans un communiqué. Contacté par Reuters, une porte-parole du groupe Kering a dit ne rien avoir à ajouter. Il faut dire que la marque italienne est la principale source de profits du groupe français. Ses ventes ont grimpé en flèche au troisième trimestre, à hauteur de 49,4%, après avoir bondi de 43,4% au premier semestre. 

Gucci n’est pas le premier géant du luxe à faire l’objet d’une telle affaire en Italie. En 2013, la marque Prada avait été contrainte de verser 470 millions d'euros au fisc italien, après avoir déclaré pendant 10 ans à l'étranger des revenus réalisés en Italie. Apple et Google, pour les même faits, ont quant à eux été dans l’obligation de lui reverser respectivement 318 millions et 306 millions d'euros, tandis qu’Amazon et Facebook font toujours l’objet d’une enquête.

Ils en parlent...

 

Gucci Suspectée D’Evasion Fiscale Par La Justice Italienne, Par Forbes, le 4 décembre 2017

"Un caillou dans la chaussure de Kering même si cet épisode n’émeut pas outre mesure les investisseurs, le titre de l’ex-PPR naviguant dans le ventre mou du CAC 40 depuis ce matin, progressant même de 0,10% à mi-séance." ​

Lire la suite


 
L'Italie s'intéresse aux impôts payés par Gucci (Kering), Par Boursier.com, le 4 décembre 2017    

"La Guardia di Finanza s'intéresserait aussi à l'implication des dirigeants, jusqu'au PDG, dans le montage présumé. Les "Paradise Papers" ont toutefois montré récemment que la frontière est parfois juridiquement compliquée à placer entre fraude et optimisation fiscale." 

​Lire la suite