L’Oréal compense le net ralentissement de ses produits grand public et la cosmétique active par un accroissement des ventes de ses produits de luxe au premier trimestre 2017.

Les ventes du numéro un mondial des cosmétiques ont progressé de 7,5% à 7,04 milliards d'euros, proches des 7,03 milliards du consensus Inquiry Financial réalisé pour Reuters. La croissance a atteint 4,2%, après une nette accélération (+4,8%) au 4e trimestre de 2016, alors que les analystes attendaient en moyenne une hausse de 3,9%. L’année 2016 s’était terminée avec une croissance organique de 4,7%.


Crédit photo: L'Oréal


Pourtant, l’Oréal sauve son premier trimestre 2017 grâce à une partie de ses produits positionnés sur les segment luxe. Tirés par le maquillage et la Chine, sa division luxe (Armani, Khiehl’s, Lancôme, Saint-Laurent) a décollé à 12,2 % en données comparables. A l’inverse toutes les autres divisions du groupe ont chuté. La croissance est à 1,4% contre +4,2% au dernier trimestre 2016 pour les produits grand public (L’Oréal Paris, Garnier Maybeline), première division du groupe. La cosmétique active (La Roche Posay, Vichy) a ralenti à 2,8% et les produits professionnels destinés aux coiffeurs sont tombés à -1,8%.

Les performances en Asie sont contrastées : +7,1% en Asie Pacifique, +3,8% aux Etats-Unis, +4,6 % en Amérique Latine mais -19% en Afrique Arabie Saoudite. Ce qui s’explique en raison de la transition entre distributeurs classiques et e-commerce.

Pourtant, Jean-Paul Agon, le PDG du groupe reste confiant. Dans un communiqué, il assure que l’année 2017 permettra de « réaliser une belle croissance du chiffre d’affaires et des résultats ».
 

Ils en parlent...


L’Oréal sauve son premier trimestre grâce au luxe, par Reuters pour Les Echos, le 18 avril 2017.

« Le groupe évoque, dans un communiqué, un marché "extrêmement atypique", avec une consommation très vigoureuse dans le luxe et un ralentissement dans les autres segments du secteur. »

Lire la suite