Dans un communiqué diffusé jeudi, Burberry a fait état d'un bénéfice net en recul de 7% à 286,8 millions de livres (333 millions d'euros) en raison d'une activité mitigée et du coût de la réorganisation de sa branche parfums et cosmétiques au cours de l'exercice 2016/17 (clos fin mars).


Dans un contexte peu favorable qui a pesé sur le chiffre d'affaires en recul de 2% à taux constant à 2.8 milliards de livres (3,3 milliards d'euros), le bénéfice net a par ailleurs été rogné par les coûts (20,8 millions de livres) associés au plan d'économies lancé l'an passé pour redresser le groupe.
 

​Christopher Bailey (à d.) et Marco Gottebi, respectivement actuel et futur directeur général (à partir de juillet 2017)
 
 
En publié, les ventes en revanche progressent de 10%, dopées par la chute de la livre due au Brexit.

Christophe Bailey, directeur artistique et CEO de Burberry a également opéré un revirement majeur de stratégie en annonçant en avril dernier qu'il confiait les licences de ses parfums et cosmétiques au groupe Coty, après avoir mis fin à son contrat avec Interparfums en 2012 et rapatrié en interne la production de ses parfums.
 
Burberry a donc dû passer dans ses comptes des charges de 40,6 millions de livres pour couvrir à la fois des prévisions de ventes moins bonnes que prévues dans sa branche beauté, ainsi que le coût du transfert à Coty de sa licence.



 


Christophe Bailey quittera la direction générale du groupe en juillet prochain. Et c'est un « vétéran » de l'industrie qui reprendra les commandes opérationnelles du groupe dès cet été, Marco Gobbetti, l'ex-PDG de Céline (groupe LVMH).

Il devra relancer la marque tout en menant à bien le plan d'économie initié par le groupe (20 millions de livres sterling sur l'exercice financier 2017, 50 millions en 2018, avant de passer à au moins 100 millions en 2019).  Les investissements étant réduits dans ce cadre, aucune ouverture de boutique n'est programmée.

En parallèle, le nouveau dirigeant devra simplifier l'offre du spécialiste du trench coat, en se focalisant sur des catégories clefs, comme les accessoires, avec les sacs à main. Il devra aussi pousser les ventes sur le digital de Burberry, pionnier dans ce domaine.

​C.D.