Jean-Jacques Weber succède à Didier Bévillon à la tête de la Fédération de l’horlogerie.


Jean-Jacques Weber a été elu président de la Fédération de l’horlogerie le 10 mars dernier. Il remplace Didier Bévillon qui a consacré une grande partie de sa carrière à l’horlogerie. D'abord, directeur des ventes chez LIP, puis directeur général chez Longines SA, il a terminé sa carrière en tant que directeur général de la société Raymond Weil SA.

A la tête de la Fédération de l'horlogerie (une structure française et non suisse) depuis 1986, "il a su défendre les intérêts des marques face aux fluctuations du marché et porter la voix des entreprises horlogères devant les pouvoirs publics", assure le communiqué de presse.

Jean-Jacques Weber n’est pas un inconnu. C’est également un fin connaisseur du secteur. Il a dirigé durant 25 ans sa société Templus spécialisée dans la distribution des montres Frédérique Constant, Ateliers de Monaco, Alpina et MeisterSinger.
 
En février dernier, il l’a vendue au groupe Frédérique Constant. Aujourd’hui, ce jeune retraité est prêt à s’investir à plein temps pour la Fédération de l’horlogerie.

V.L.

Jean-Jacques WEBER, nouveau président, entouré de membres de son conseild’administration.
De gauche à droite : Hervé Laniez (Seiko France), Didier Bévillon, Aurélie Perraud (Rolex France), Jean-Jacques Weber, Florence Ollivier-Lamarque (Swatch Group France), Pascal Rousseau (Richemont), Valérie Pierson (Breitling France)